assurance vie luxembourg
Ivan Wallaert Pas de commentaire

Que ce soit au Luxembourg ou en France, l’assurance vie compte parmi les placements préférés des français (notamment ceux qui disposent déjà d’un patrimoine). Elle représente actuellement environ 2 milliards d’euros placés.
Grâce à ses spécificités et ses caractéristiques, ce mode de placement attire de plus en plus de particuliers. Parmi lesdites spécificités, on peut citer :

• les successions en cas de décès du souscripteur ;
• la fiscalité intéressante sur les revenus ;
• la diversité de l’offre financière (la grande partie des versements est amassée dans des fonds en euros).

Malgré tous ces éléments, il faut garder en mémoire que l’assurance vie doit être manipulée avec une extrême prudence ; c’est la raison pour laquelle il est recommandé de la maitriser. La loi française autorise les particuliers à placer leur argent en assurance-vie mais pour plus de sécurité, le placement au Luxembourg est recommandé.

 

Un contrat d’assurance vie sans garantie (ou sans assurance)

Que ce soit au Luxembourg ou en France, le nom de l’assurance-vie prête à confusion. On pourrait penser qu’elle assure quelque chose, alors qu’il n’en est rien.

Le contrat d’assurance vie correspond à un produit d’épargne : les particuliers ont la possibilité de récupérer à la fois les montants qu’ils ont investis et les intérêts accumulés au fil des années.

Toutefois, il ne faut pas confondre le contrat d’assurance vie et le contrat d’assurance décès. Dans le cadre du contrat d’assurance vie, les bénéficiaires ont la possibilité de toucher à n’importe quel moment le montant versé par le souscripteur ; dans celui du contrat d’assurance-décès, ils ne pourront le toucher qu’en cas de décès du souscripteur (notons que le dédommagement est limité et les montants sont minoritaires).

 

Une souplesse d’impôt après 8 ans

Lors d’un rachat, 2 fiscalités sont proposées au souscripteur : le prélèvement libératoire et l’impôt sur le revenu.

Après avoir signé un contrat d’assurance vie, le particulier est libre de retirer son montant en temps voulu. Sa compagnie d’assurance dispose d’un délai de 60 jours pour lui rembourser son avoir.

Lors d’un prélèvement libératoire, il est recommandé de patienter pendant au moins 8 ans avant d’effectuer un retrait (après 8 ans, il est en effet possible de bénéficier d’une fiscalité plus douce).

Durant les 4 premières années, un prélèvement libératoire de 35% est appliqué aux retraits. Ce taux passe ensuite à 15% entre la 4ème et la 8ème année. À partir de la 8ème année, il est inférieur à 7% (c’est notamment à ce moment qu’il est plus avantageux).

Il est important de préciser que les intérêts sont exemptés d’impôt en cas de retraite anticipée, d’invalidité ou de licenciement du souscripteur.

 

Assurance vie au Luxembourg ou en France : que choisir ?

L’assurance vie au Luxembourg bénéficie de 3 avantages considérables sur celle de France :

• la protection des actifs des souscripteurs ;
• la diversification des modes de gestion ;
• la neutralité fiscale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *