Ivan Wallaert Pas de commentaire

Le contrat d’Assurance vie Luxembourgeoise comporte des avantages indiscutables mais également de petits désagréments qu’il est utile de connaitre avant de s’engager

La gestion en ligne du contrat d’assurance vie Luxembourgeois

Contrairement à un contrat d’assurance vie Français, la plupart des contrats d’assurance vie Luxembourgeois ne permettent pas à l’investisseur de faire lui-même ses arbitrages en ligne comme c’est le cas dans un contrat d’assurance vie Français. La plupart du temps, les arbitrages doivent être effectués par le mandataire du contrat, c’est-à-dire la banque ou le gestionnaire du contrat et pas par le client lui-même.

Il y a encore quelques années, les contrats Luxembourgeois étaient totalement opaques. Afin de préserver le secret bancaire, les banques et assureurs Luxembourgeois avaient volontairement peu développés leurs systèmes informatiques. Les américains ont fait voler le secret bancaire en éclat en imposant aux banques et aux assureurs une totale transparence dans leurs systèmes. Les Luxembourgeois ont donc considérablement développé leur système informatique depuis mais ils ne sont pas encore au niveau de la France. Ils ont toujours un certain retard. Il est à noter que dans cette course à la remise à niveau d’un point de vue informatique, les assureurs Luxembourgeois ne sont pas tous du tout au même niveau. Nous constatons que les plus grands assureurs Luxembourgeois sont plus en avance que les petits. La taille de l’assureur présente un avantage certain pour l’avancé technologique et donc pour les arbitrages en ligne.

La gestion administrative du contrat d’assurance vie Luxembourgeois

D’un point de vue administratif, le contrat d’assurance vie Luxembourgeois ne permet pas certaines fonctions présentes dans les contrats d’assurance vie Français tels que :

  • Les rachats programmés :

cela signifie qu’il n’est pas possible pour le souscripteur de mettre en place des retraits programmés sur son contrat d’assurance vie Luxembourgeois. Il est nécessaire que le souscripteur signe pour chaque rachat partiel un document, stipulant qu’il souhaite reprendre de l’argent dans son contrat. Cela peut être en effet une contrainte pour un retraité qui souhaiterait par exemple se verser tous les mois de l’argent sur son compte bancaire. Néanmoins cette contrainte peut être levé en donnant mandat au gestionnaire du contrat de procéder à quelques rachats partiels dans le courant de l’année.

  • La sécurisation progressive des plus-values :

Dans un contrat d’assurance vie Luxembourgeois il n’est pas possible, comme dans un contrat d’assurance vie Français, de mettre en place une sécurisation progressive des plus-values, c’est-à-dire de mettre en place un écrêtement progressif des unités de comptes en fonction d’un niveau donné. En d’autres termes il n’est pas possible de sécuriser automatiquement des plus-values en fonction d’un seuil défini à l’avance comme c’est possible dans un contrat d’assurance vie français. Néanmoins le gestionnaire du contrat peut arbitrer sur le contrat d’assurance vie en surveillant l’allocation financière et en fonction du cahier des charges défini avec le client.

Les SCPI et le contrat d’assurance vie Luxembourgeois

La société civile de placement immobilier (SCPI) est un placement d’épargne dans l’immobilier. Ce sont des sociétés de gestion qui ont à leur charge l’acquisition, la rénovation, l’entretien, la valorisation mais avant tout la location d’un patrimoine immobilier. La vocation première de la SCPI est l’acquisition et la gestion d’un patrimoine immobilier locatif dans l’optique de dégager un rendement.

Il existe un très grand nombre de SCPI (SCPI fiscales, SCPI de rendement, SCPI à capital fixe ou SCPI à capital variable…). Aujourd’hui il est possible d’insérer dans un grand nombre de contrats d’assurance vie Français des SCPI. Cela n’est malheureusement pas possible dans un contrat d’assurance vie Luxembourgeois pour des questions de fiscalité et de liquidité. En effet la fiscalité Luxembourgeoise est assez confiscatoire pour les revenus fonciers. Les assureurs Luxembourgeois ont pris le parti de ne pas proposer ce type de supports au sein de leurs contrats. C’est un léger désavantage mais qui peut être en parti levé par la possibilité d’investir dans des OPCI (organisme de placement collectif en immobilier), cousines des SCPI ! La différence par rapport à la SCPI est que l’OPCI est une unité de compte qui n’est pas 100% investi en immobilier. En effet c’est une unité de compte investi pour 60% en immobilier et 40% en financier. L’OPCI présente aussi l’avantage d’avoir des frais d’acquisition réduits par rapport à la SCPI avec des frais d’acquisition de l’ordre de 3% versus 7% pour la SCPI. La plupart des contrats d’assurance vie Luxembourgeois proposent des OPCI.

Le fonds en euros et le contrat d’assurance vie Luxembourgeois

Le fonds en euros est un produit français qui permet à l’assuré d’investir son épargne de façon sécurisée en achetant des obligations de l’Etat Français. ll offre en outre un effet cliquet : chaque année, les intérêts sont définitivement acquis et s’ajoutent au capital garanti. Ce produit unique en France n’existe pas chez nos voisins. Lorsque les assureurs Luxembourgeois proposent ce produit, ils prennent un fonds en euros en France qui est ensuite réassuré au Luxembourg.

Cette assurance a un coût qui vient donc rogner le rendement même du fonds euros. En effet le rendement au Luxembourg du fonds euros sera toujours, par définition, inférieur au rendement d’un fonds en euros en France compte tenu de cette commission de réassurance.

Également il est à noter que si l’Etat Français utilise la loi Sapin 2 pour bloquer les retraits dans les contrats d’assurance vie en France, par ricochet, la partie fonds en euros au Luxembourg bloquera. Mais avant que l’Etat Français utilise la loi Sapin 2 pour bloquer les retraits, il y aura des signes avant-coureurs.  Ces signes permettront au gestionnaire du contrat d’assurance vie Luxembourgeois de passer un arbitrage pour vendre le fonds en euros et se repositionner sur des unités de comptes très peu volatils type unités de comptes monétaires.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *